En quoi la sophroanalyse est-elle différente d’une thérapie classique?

Comme c’est une question que vous me posez fréquemment, j’avais envie d’échanger avec vous sur le sujet.

La sophroanalyse des mémoires prénatales, de la naissance et de l’enfance est une thérapie brève qui se déroule à votre rythme, à celui de votre voix intérieure, sagesse intérieure ou votre âme (peu importe le nom que vous lui donnez, il s’agit de la partie positive de votre mental qui génère intuition, créativité, présence à vous-même…)
En tant que thérapeute, je suis au service de cette partie supérieure de votre être. Cette partie de vous qui a tout enregistré depuis le début de votre existence, depuis la création de vos premières cellules.
Tout est en mémoire dans votre corps et dans votre esprit (partie consciente et inconsciente).Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas conscient de certaines émotions, sensations, souvenirs qu’ils n’existent pas.

Voici un cas très parlant:

Une personne consulte pour de gros problèmes d’anxiété. En séance, cette personne revient dans une scène en vie intra-utérine. (Ce n’est pas quelquechose dont elle avait entendu parler auparavant, mais elle a pu en avoir la confirmation par la suite). Mais l’état modifié de conscience lui permet de remonter à ce souvenir bien ancré:

Bien tranquille dans le ventre de sa mère, elle est le petit bébé de 5 mois qui voit soudain arriver au ras de son nez une énorme aiguille. Terreur, horreur. Que ressent le bébé quand la peur le saisit ainsi? “je vais mourir, cette chose essaie de me tuer! je suis en danger dans cet endroit. Si je suis en danger, dans le ventre de ma mère, c’est qu’elle ne veut plus de moi. C’est donc qu’elle ne m’aime pas. J’ai du faire quelquechose de terrible. Je ne mérite pas de vivre”
L’instinct de survie va cependant lui faire développer des stratégies: “me faire tout petit pour que la chose ne me trouve pas, pour que ma mère ne m’en veuille pas d’être là”.
En même temps, un des ingrédients nécessaires à sa survie est de recevoir de l’amour. Alors il va mettre en place des stratégies de reconnaissance: “faire plaisir à maman en toute circonstance pour qu’elle m’aime un peu, rester discret et gentil, être le plus parfait possible”.
Comme il se sent coupable, il va aussi mettre en place des stratégies de punition: ne jamais prendre trop de place,ne pas réussir car je ne le mérite pas, ne pas être trop aimé car je ne le mérite pas etc…

Vous voyez là tout ce qu’il peut se passer en l’espace d’un instant dans l’organisme d’un foetus. Tout ça, généré en grande partie par le cerveau reptilien!
Le problème, ne l’oublions pas, est que l’adulte qui consulte est complètement agi par toutes ces croyances et stratégies limitantes. Ce n’est donc pas anodin si sa sagesse intérieure l’amène à revisiter cette mémoire prénatale.

La séance ne s’arrête pas là, la personne va pouvoir explorer la scène qui se déroule autour: sa mère est en train de faire une amniocentèse (il y a plus de 50ans, la technologie n’était pas aussi élaborée qu’aujourd’hui). Elle fait ça par ce qu’elle veut être certaine que son bébé va bien, cela prouve donc qu’elle l’aime! Le corps médical est bienveillant, juste mal équipé, mais sans aucune intention de le tuer.
A ce moment de la séance, la personne ressent (en même temps que le foetus dans le ventre de sa mère) un soulagement immense.
Les croyances de dévalorisation et de culpabilité et toutes les stratégies qui allaient avec, n’ont plus aucune raison d’exister désormais. Une nouvelle compréhension s’installe et la personne peut ancrer de nouveaux ressentis positifs et changer son regard sur elle-même, ses droits à être, à réussir, être aimé etc…

En sophroanalyse,le processus se fait en toute sécurité car c’est vous-même qui allez là où vous avez besoin, quand vous y êtes prêt, que cela est juste pour vous. Cela demande du courage, de la motivation, de l’engagement.
N’est-ce pas aussi ce que demande la vie en général, quand on veut ETRE vraiment?
Un parallèle immédiat avec la musique me vient: Sans courage (de monter sur scène), sans motivation (pour travailler pour soi-même tous les jours) sans engagement (on fait de la musique par choix, par vocation, par passion, c’est un engagement personnel) on ne peut être musicien.

Alors vous aussi, découvrez votre autonomie, prenez place dans votre vie sans attendre qu’on vous la donne, faites des choix qui vous ressemblent, soyez!
Et si la sophroanalyse vous inspire pour vous accompagner dans ce processus, cliquez ici pour me contacter.

Merci pour votre lecture, portez-vous bien.

Virginie

 

sophroanalyse

 

Share This:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *